Le repos musculaire actif !

Au bout du rouleau Repos actif ? Voilà un bel oxymore, n’est-ce pas ? Le concept est précieux pour tout problème de muscle sur-sollicité. Sa mise au repos semble nécessaire, mais l’inactivité réduit l’anabolisme et donc freine son adaptation à l’effort. Comment faire ? Deux propriétés de l’appareil locomoteur vont nous aider :1) Un muscle ne travaille jamais seul ; … Lire la suite

Douleur-réparation confondue avec douleur-lésion

Abstract: La douleur-réparation est souvent confondue avec la douleur-lésion. Or les attitudes à suivre sont très différentes. À la recherche de la signification de nos ressentis, n’oublions pas que leur interprétation est consciente mais leur création corporelle. Retrouver leur propriété est dire “Ce corps est le mien”. En effet cette propriété se perd aujourd’hui dans les réseaux d’information où le cerveau noyé l’abandonne à des interprétations étrangères. Il se piège ensuite dans un labyrinthe médical dont il pourrait sortir par un moyen très simple : se reconnecter au détail de ses sensations corporelles. La sédentarité favorise la déconnexion et amoindrit la signification des signaux sensoriels. La douleur est utile aux actifs physiques, frein nécessaire après une lésion, se renforçant si des limites sont dépassées. Cette discrimination n’existe pas chez le sédentaire. Devant une douleur stationnaire en l’absence d’activité, il se pense victime d’une lésion cachée.

Lire la suite

Se déposséder de la douleur chronique

Bel horizon de fin de siècle « Plus personne ne doit souffrir ! ». Le scoop remonte aux années 1990. Philanthropisme ou opération marketing ? J’en discuterai dans un article complémentaire. Les gens sont incités à se déposséder de leur douleur, l’apportent chez le médecin. Dans l’attente, confiants, qu’il la réduise en cendres. Quelques traces auraient été conservées entre … Lire la suite

Comment vaincre son mal de dos ?

La lecture rapide du livre de Philippe Bazard me pousse à un nouveau post sur le sujet. Les réductions opérées par les profanes sont stupéfiantes. Bazard me rappelle Freud, qui a voulu faire de son complexe d’Oedipe le moteur du dysfonctionnement névrotique de l’inconscient. Bazard, lui, fait du stress et de l’anxiété le moteur du … Lire la suite